Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 mars 2011 6 26 /03 /mars /2011 20:43

Une explication en anglais du système médical traditionnel tibétain par le Dr Nida Chenagtsang.

Partie 1 sur 6

 

 
Repost 0
Published by medecine-traditionnelle-tibetaine - dans Principes
commenter cet article
26 mars 2011 6 26 /03 /mars /2011 15:55

Le tantra racine est le 1er arbre de médecine. Il expose les bases de la MTT: sa provenance, les sujets, les diagnostic et les divers traitements. Il pose aussi le principes des métaphores du corps.

 

1er TANTRA RACINE   rTsa rGyud    Le Tantra racine a 6 chapitres

1

introduction

gleng gZhi

2

énumération des sujets

gleng slong rnam glangs rnam par bkod pa

3

la base des maladies

gnas lugs nad gzhi

4

diagnostic

ngos ‘dzin rtags

5

méthode de traitement

gSo Thabs

6

énumération des métaphores

dpe Don gyi rNam Grangs rNam par bkod pa

 

1 tantra racine ch 1 [800x600] 

Tantra racine - chapitre 1 - Le Tanaduk, palais du  Bouddha de médecine: idéal médical

 

2 tantra racine chapitre 2 & 3 [800x600]

Tantra racine - chapitre 2 et 3 - Arbre de la physiologie et de la pathologie

 

3 tantra racine chapitre 4 [800x600]

Tantra Racine - chapitre 4 - arbre du diagnotic

 

4 tantra racine chapitre 5& 6 [800x600]

Tantra racine - chapitre 5 et 6  - Traitement et métaphore

 

S. Ladic - 2011

 

 

 

Repost 0
Published by medecine-traditionnelle-tibetaine - dans Principes
commenter cet article
26 mars 2011 6 26 /03 /mars /2011 12:56

Présentation des quatre Tantra de médecine

 

Le texte référentiel le plus important de la MTT est le Gyu Shi (Gyu : 4, Shi : Tantra). Il est daté du XII ème siècle.

Tout le programme de MTT est basé sur ces 4 textes, 4 volumes.

 

On les appelle :

1 Tantra racine rTsa rGyud

2 Tantra explicatif

3 Tantra des instructions orales

4 Tantra final ou de l'action

 

1 er Tantra racine :

Il met en place les bases de la MTT : la provenance, les sujets abordés, les diagnostics et traitements divers et pose les métaphores du corps. Il se divise en 6 chapitres.  

2 ème Tantra explicatif :

Plus théorique, il comprend l’embryologie, l’étude des plantes, l’alimentation, l’alimentation, le comportement, la base des pathologies, l’anatomie.   Il se divise en 31 chapitres qui expliquent 11 principes.

3 ème Tantra des instructions orales :

Le plus gros, il comprend toutes les pathologies ou déséquilibres, les causes, symptômes, traitements internes et externes. Il se divise en 15 parties expliquées en 92 chapitres.

4  èmeTantra final ou de l'action :

C’est un volume pratique qui expose les détails de l’analyse d’urine et la pulsologie (analyse du pouls) et définit les méthodes thérapeutiques telles que le massage, la moxibustion, l’acupuncture, les ventouses… Il met en application les principes.   Il se divise en 4 aboutissements expliqués en 25 chapitres.

 

On trouve à travers les quatre Tantra l'exposé de quelques 84 000 maladies, et parmi les différentes thérapies, l'usage d'une pharmacopée comprenant 2 293 substances naturelles.  

 

Chaque tantra est représenté par un arbre qui est un plan détaillé de la médecine tibétaine. Ainsi l'arbre du Tantra racine possède 6 branches qui peuvent donner naissance à un autre arbre et d'autres subdivisions.

Tout le Gyu Shi est illustré de cette sorte avec 99 arbres et de nombreuses planches exhaustives des principes médicaux.

L'apprentissage de la médecine traditionnelle tibétaine se fait aussi par le biais de ces peintures de tankha qui illustrent tout les points du Gyu Shi.      

 

S. Ladic - 2011

Repost 0
Published by medecine-traditionnelle-tibetaine - dans Principes
commenter cet article
20 mars 2011 7 20 /03 /mars /2011 23:14

La racine de la condition générale en médecine traditionnelle tibétaine est clairement résumée dans l'arbre de la physiologie et de la pathologie. Elle est divisée en deux branches principales : la 1ère branche évoque l'état d'équilibre, la 2ème quant à elle ennonce les causes et facteurs de déséquilibre.

La bonne santé selon la MTT réside autant dans la prise en compte de l'équilibre des trois humeurs (vent, bile et phlegme), des constituants et des excretions du corps, que dans celui d'un état d'esprit porté vers le bonheur, la chance et le respect des lois universelles et naturelles dit Dharma. 

 

En d'autres termes, l'équilibre d'une personne possède trois aspects pour la médecine tibétaine : l'équilibre énergétique, l'équilibre physique et l'équilibre mental.

 

Le déséquilibre quant à lui se manifeste par l'excès, le manque ou le désordre.

 

 On retrouve l'aspect énergétique, physique et mental dans le diagnostic que réalise l'amchi (médecin tibétain) qui interroge le pouls, le corps et le patient avec ses ressentis ou ses habitudes.

Il en découle que le traitement consiste à intervenir sur ces trois aspects. Ainsi par exemple, le massage considéré comme une thérapie à part entière travaille sur ces divers niveaux. Le corps est envisagé d'un  point de vue de l'anatomie physique et subtile. 

Le médecin est amené à intervenir sur l'alimentation du patient, sur son mode de  vie en priorité puis il intervient par le biais de thérapies externes (balnéothérapie, moxibustion, ventouses, acupuncture ...), puis il peut prescrire des médicaments et en tout dernier recours arrive l'intervention chirurgicale, quand tout autre traitement ne peut résoudre le problème.

 

La participation du patient dans sa guérison est importante et ne saurait tenir à un médicament seulement.

 

On peut retenir qu'un bon équilibre commence par la prise en compte d'un assainissement de son lieu de vie, de son alimentation, de son style de vie et l'état d'esprit que l'on pose sur les évènements du quotidien.

 

équilibre2

 

 

RECAPILTULATIF BRANCHE DE  L'EQUILIBRE

 

Racine de la CONDITION GENERALE de la maladie Ne lu ne chi

Troncs

Nom

Branches

Feuilles

 

1

Équilibre

rNam.par.Ma.Gyur.pa

3 branches

25 feuilles, 2 fleurs, 3

fruits

2

Déséquilibre

rNam.par.Gyur.pa

9 branches

63 feuilles

1. Équilibre (rNam par Ma Gyur pa)

Tronc

Nom

Feuilles

1.

Trois Humeurs

15

2.

7 Constituants physiques

7

3.

Trois Excrétions

2

25 feuilles + 2 fleurs + 3 fruits

           

Branche 1: Trois Humeurs  15 feuilles

Vent

rLung

1. Vent qui soutient la vie

1. Srog 'dZin rLung

2. Vent ascendant

2. Gyen rGyu rLung

3. Vent omni-présent

3. Khyab Byed rLung

4. Vent qui accompagne

la chaleur

4. Me mNyam rLung

5. Vent descendant

5. Thur Sel rLung

 

Bile

mKhris pa

1. Bile Digestive

1. mKhris pa 'Ju Byed

2. Bile qui colore

2. mKhris pa mDangs sGyur

3. Bile du désir

3. mKhris pa sGrub Byed

4. Bile de la vision

4. mKhris pa mThong Byed

5. Bile qui éclaircit le teint

5. mKhris pa mDog gSal

 

Phlegme

Bad Kan

1. Phlegme qui soutient

1. Bad Kan rTen Byed

2. Phlegme qui mélange

2. Bad Kan Myag Byed

3. Phlegme des saveurs

3. Bad Kan Myong Byed

4. Phlegme qui satisfait

4. Bad Kan Tsim Byed

5. Phlegme qui connecte

5. Bad Kan 'Byor Byed

           

Branche 2:

Les 7 Constituants physiques  7 feuilles

 1. aliment ingéré, chyle

Dangs ma

2. sang

Khrag

3. muscles

Sha

4. graisse

Tsil

5. os

Rus

6. moelle osseuse

rKang

7. fluides reproducteurs

Khu ba

 

 

 

 

 

Branche 3:

Les 3 Excrétions  3 feuilles

1. Grosse excrétion = fèces

Dri Chen

2. Petite excrétion = urines

Dri Chun

3. Transpiration

rGu

Fleurs et Fruits

Fleur de la bonne santé

Nad Med

Fleur de la longue vie

Tshe ring

Fruit du Dharma

Chos

Fruit de la fortune

Nor

Fruit du bonheur

De ba

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

S.Ladic 2011 pour medecine-traditionnelle-tibetaine.over-blog.com

 

 

 

 

  

      

Repost 0
Published by medecine-traditionnelle-tibetaine - dans Principes
commenter cet article
20 mars 2011 7 20 /03 /mars /2011 22:45

HISTOIRE DE LA MEDECINE TIBETAINE

 

Il est difficile de donner une date précise de l’apparition de la médecine tibétaine mais on la situe vers 7000 à 10000 ans avant notre ère, avec les habitants des hauts plateaux tibétains.

 

A l’origine elle prend sa source dans l’observation : celle des animaux qui cherchent à se guérir et dont le comportement va donner des indications thérapeutiques et dans l’analyse des effets des plantes. On sait aujourd’hui que les animaux intègrent des connaissances instinctives relatives à la survie et qu’ils transmettent génétiquement à leur descendance.

 

Les hommes vivaient au plus proche de la nature et les chamanes rapportèrent des enseignements de leurs communications avec les esprits de la nature.

Certains enseignements aussi furent révélés par le biais des Terma (découvreur de trésor) lors de méditation ou de rêves.

Les chamanes de la tradition Bön participèrent aussi à son extension.

Son développement est aussi constitué de l’observation des effets de l’alimentation, du comportement et des saisons, comprenant le corps comme une partie constituée du tout qui l’environne.

Par la suite le fait que l’instruction était donnée dans les monastères, ce savoir pris des influences bouddhistes comprenant une philosophie de la santé et la pratique de rituels de guérison.

L’idée de l’interdépendance trouva ses fondements théoriques et pratiques. Tout est interconnecté. Ce schème est à la base de cette médecine.

La médecine tibétaine dans sa tradition a vu aussi les apports de certaines formes de guérison spirituelle par la pratique de mantras, de rituels ainsi que la prise en compte de l’astrologie.

On ajoute de plus un enrichissement venu d’Inde et de Chine

 

Parmi les écrits de référence on compte le Bumshi écrit par Chebutrishe au 7eme siècle, et le Gyu Shi qui compléta le 1er écrit par Yuthok L’ancien appelé père de la médecine.

Yuthok le jeune  au 12ème siècle compléta le Gyu Shi qui est celui que l’on étudie aujourd’hui ainsi que le Yuthok Nyingthig Ngondro. Le Gyu Shi étant la partie médicale tandis que le Yuthok Nyingthig est la partie spirituelle qui vient en complément.

 

Yuthok0608sm

 

YONTEN GOMPO – Yuthok l’Ancien

 

Padmasambhava, fondateur du Bouddhisme tibétain produisit de nombreux enseignement oraux, des Termas et des prophéties transcrit majoritairement par Yeshe Tsogyel,  son disciple principal et aussi première femme tibétaine à atteindre l’Eveil en une seule vie. Cette histoire serait à l’origine de l’égalité entre  hommes et femmes.

On pense que Padmasambhava était omniscient. Il savait ce qui arriverait dans le futur. Une de ces prophéties prévoyait que le Tibet serait envahit par la Chine.

 

Le Tibet a été unifié au 7ème siècle pendant 300 ans.

Au 10ème siècle, le Vème Dalaï Lama et son gouvernement encouragèrent la construction d’un lieu pour l’enseignement de la médecine et l’école Chagpori vit le jour.

Le fondateur de Chagpori fut Desdri Sangye Gyatso (1653 – 1706)

Chagpori fut construite en 1696 après la mort du Vème Dalaï Lama  en unifiant les 3 écoles de médecine qu’il avait créé.

Desdri Sangye Gyatso quant à lui commanda 80 Thangkas de médecine qui servent encore aujourd’hui à l’apprentissage visuel des cours.

Chagpori continua à fonctionner jusqu’à la révolution culturelle chinoise avant d’être détruite.

En 1916, Chagpori devient le Mensi Ling qui était un nom plus traditionnel ; puis en 1961 le Men Tsee Khang est créé à Lhassa. L’un des fondateurs toujours vivant est Champa Trinle. Il a beaucoup contribué au développement de la MTT et à la première fabrique de pilules en 1964.

En 1965, une clinique a été créée et en 1972 une section de la formation en MTT est ouverte à tous les Tibétains.

En 1974, un centre de recherche est ouvert et en 1981 six autres Ment Si Khang ont été créés au Tibet notamment au Tibet central.

En 1983 la première école officielle de MTT est crée à Lhassa.

En 1985 une université tibétaine ainsi qu’un département médical sont construits à Lhassa.

En 1989, l’université de médecine tibétaine est créée avec l’accord avec les autorités chinoises.

 

Dès le début du 18ème  siècle les médecins tibétains se sont rendus en Mongolie et en Chine. C’est l’une des raisons du rayonnement de la médecine traditionnelle tibétaine jusqu’en Russie. Cette tradition s’est aussi conservée grâce au développement du Men Tsee Khang.

Avec l’exil du Dalaï Lama, le Men Tsee Khang a été créé à Dharamsala ainsi qu’une fabrique de pilules (produits Sorig).

 

Depuis la création de l’école Chagpori, on enseigne la médecine à partir des quatre Tantra et de ses commentaires.

 

Sans titre 2JPG

Positionnement actuel de la MTT aujourd'hui 

 

S. Ladic inspiré des recherches de mon ami Rubal et de notre enseignant Nida Chenagtsang - 2011

Repost 0
Published by medecine-traditionnelle-tibetaine - dans Principes
commenter cet article